ATTENTION! CAUTION!

Bon. C’est fait, les libéraux sont au pouvoir. Même si les sondages leur donnaient une avance démesurée, plusieurs se disaient qu’il était impossible que cela se concrétise. Les libéraux, 1 an et demi après avoir été ramené dans l’opposition, cause de soupçons de corruption et de mauvaise gérance des dossiers sociaux, ne pourraient jamais retrouver la confiance des électeurs. Après une campagne en vraie dents de scie, Philippe Couillard aura réussi son pari. Non seulement gagna-t-il la grande course nationale, mais a pris le temps, au passage, d’enlever le château fort péquiste de Roberval à Denis Trottier. Chez leurs principaux adversaires, la chef Pauline Marois perdu son siège au mains d’une femme pour le moins inconnue du grand public et méconnue du milieu politique. D’autres ministres se firent voler leur siège, dont Bertrand St-Arnaud. Bref, la défaite fut cruelle pour le PQ. Maintenant que le gouvernement est nouvellement élu, l’UPAC devrait en théories rendre public les noms des 11 personnes du Parti Libéral impliqué dans ce qui semblent être de la corruption de haut niveau. Malgré le profond problème éthique et moral que pose le séjour de Philippe Couillard en Arabie Saoudite ainsi que son compte de banque dans un paradis fiscal, le Québec doit maintenant accepter le choix du peuple, qui a pu choisir son gouvernement démocratiquement. Couillard hérite d’une grande responsabilité, une responsabilité qu’il ne devra pas prendre à la légère. Avec les nouvelles d’un député inconnu sous enquête de l’UPAC, le nouveau premier ministre hérite d’un énorme boulet. Non seulement un membre parlementaire du PLQ est dans l’eau bouillant, mais de plus, personne ne sait de qui il s’agit. Dans le cas où ce (ou cette) député(e) serait nommé ministre, le parti Libéral serait lui aussi dans l’eau chaude.

Malgré tout, la démocratie a parlé. Bien que la démocratie ne soit pas parfaite et que plusieurs ont commencé a critiquer le système électoral qui, avec raison, est perçu comme désuet, nous devons accepter et respecter la décision que le peuple québécois a pris. Même si les 4 prochaines années s’annonce difficiles, nous nous devons d’être courageux et intraitables sur les enjeux qui nous tiennent à cœur. Bonne chance, Dr. Couillard.

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Politique Québec. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s